Technologie

EasyAccess, une plateforme élévatrice pour améliorer le quotidien des personnes se déplaçant en fauteuil roulant

Juillet 2021 publié par le magazine Faire face

Il s’agit d’une plateforme extraplate, d’un centimètre d’épaisseur, fixée sur un chariot monté sur roulements, qui s’élève à la vitesse d’un à trois centimètres par seconde et s’actionne grâce à une application téléchargeable sur smartphone. Elle permet de franchir une à cinq marches. Récemment, un prêt a été souscrit pour lancer la commercialisation de prototypes. Ainsi, quelques commerces dans les Alpes-Maritimes et l’office de tourisme de Nice devraient installer prochainement EasyAccess.

D'ici fin 2021, une campagne de financement participatif sera lancée pour développer le projet. En savoir plus sur le site du Magazine Faire Face - Mieux vivre le handicap :En savoir plus ...

Lunettes Munevo Drive pour conduire un fauteuil roulant sans les mains

Munevo DRIVE est une commande de tête pour les fauteuils roulants électriques basée sur les Smartglasses et le mouvement de la tête. Les légers mouvements de tête sont détectés par les lunettes et convertis automatiquement en signaux de contrôle transmis par bluetooth au boîtier de contrôle placé sur le fauteuil. Un appareil photo est également intégré au dispositif. La combinaison avec d'autres lunettes est possible pour les personnes portant des verres correcteurs. Le kit fournit se compose de la Smartglass, d'un adaptateur et de logiciels préinstallés. En savoirs plus ...

Un fauteuil motorisé sur une trottinette électrique, un vent de liberté pour les handicapés

26 février 2021 publié par FranceTVInfo, découvrir la vidéo ...

L'histoire commence dans le 14e arrondissement de Paris, lorsque quatre jeunes ingénieurs obtiennent une bourse de la fondation Safran pour trouver une solution aux problèmes de mobilité des personnes en situation de handicap.

Leur travail commence par l’expérimentation, Ils passent 12 jours en fauteuil pour comprendre les difficultés, les freins, les douleurs et les frustrations. Les trajets prennent deux fois plus de temps que pour une personne valide, les regards qui font mal, l'impression de cumuler les problèmes en plus du handicap. Des heures passées à recueillir des témoignages, à discuter des besoins, et enfin, une solution qui émerge.

Leur réflexion centrée sur les besoins des utilisateurs a duré deux années pour concevoir le "Globe Trotter", un ensemble de pièces qui vont permettre de fixer la trottinette au fauteuil. Pour développer le concept, Omni lance une campagne de collecte de fonds (Crowdfouding)

Postulez pour les appels à projet insertion ou culture sur https://fondations-mecenat.safran-group.com/fr/

L’École des Têtes en l’air forme les pilotes de drones

20 novembre 2020 publié par l’APF Handicap France

L’École des Têtes en l’air de l’IEM de Liévin (62) forme des jeunes en situation de handicap moteur au titre de télépilote de drone. Benjamin Joly 19 ans, atteint de myopathie de Duchenne, en est le tout premier diplômé. Retrouvez son portrait sur le site de l'APF France handicap

L’établissement a reçu le trophée de l’innovation 2018 de la FEHAP (Fédération des établissements hospitaliers et d'aide à la personne privés non lucratifs). LInstitut d’Education Motrice (IEM) APF du Vent de Bise a ouvert une école de télé-pilotage de drones afin de développer l’inclusionprofessionnelle des jeunes en situation de handicap par le biais des nouvelles technologies.Piloter un drone est possible en fauteuil roulant et les débouchés professionnels ne manquent pas: évènementiel, contrôle, surveillance, agricultureet sylviculture, sécurité civile, etc.Le parcours d’apprentissage comprend :

  • 90 heures de cours théoriques ULM,

  • 90 heures de formation pratique,

  • 80 heures de post-production, montage photo et vidéo.

Plus d'informations sur la page Facebook de l'école

La technologie au service des capabilités de l'humain

Ezekiel Takam, président de l’Observatoire euro-africain de l’intelligence artificielle propose de s’inspirer des travaux sur les capabilités de Martha Nussbaum, philosophe et titulaire de la chaire Ernst Freund de droit et d’éthique à l’université de Chicago, pour orienter le recours aux technologies d’assistance des personnes handicapées. Une technologie d’assistance qui se veut éthique et inclusive doit servir le développement des capabilités de l’humain en situation de handicap, et non corriger ses éventuelles incapacités. L’approche des capabilités aborde le développement de l’humain sous les angles de « l’être soi » et du bien-être. En savoir plus sur usbeketrica.com

Le Hub est le centre d’expertise Handicap et Nouvelles Technologies d'APF France handicap

Il vise à faciliter l’accès au numérique pour les personnes en situation de handicap afin de les aider dans leur vie quotidienne. Pour éclairer le choix du matériel, permettre des essais dans la durée et opter pour celui qui est le plus adapté, le Hub met à disposition des kits d'aides techniques. En savoir plus ...

Une puce cérébrale connectée pour aider les personnes en situation de handicap

30 août 2020 - France TV info

L'entreprise américaine du milliardaire Elon Musk teste une puce connectée à portée médicale qui pourrait aider à redonner la parole et la mobilité à des personnes paralysées. L'implant ressemble à une petite pile qui fonctionne avec la technologie Bluetooth pour communiquer avec l'ordinateur. Sa pose doit être facile, a assuré Elon Musk, et surtout "réversible". L'entrepreneur a expliqué qu'il s'agissait d'une opération très légère, sans passer par l'hôpital et réalisée en moins d'une heure, sans anesthésie générale. L'incision et la pose seraient réalisées par un robot chirurgical de pointe, pensé par Neuralink, qui ne laisserait qu'une petite cicatrice dans le cuir chevelu. L'implant serait rechargeable par induction, la nuit, grâce à un appareil semblable à un pommeau de douche posé à proximité du crâne. Les recherches vont continuer pour sécuriser le dispositif contre d'éventuelles perturbations et rendre sa communication inviolable. En savoir plus ...

Fauteuil Gyrolift

Gyrolift est une solution universelle et innovante de mobilité basée sur l’association d’un gyropode et d’un système robotique d’assise modulable stabilisée. Il offre à l’utilisateur une stabilisation automatique, un système innovant de sécurisation et un contrôle intuitif pour accroître son confort lors de ses déplacements. Il permet de se déplacer aussi bien assis que debout sur une solution compacte, maniable et totalement sécurisée. Il propose une mobilité qui répond à des besoins physiologiques, psychologiques et d’autonomie, permettant ainsi un maintien et une réinsertion dans l’emploi. http://www.gyrolift.fr/

Un fauteuil quatre roues tout terrain

En 2019, Zack Nelson a posté sur YouTube un 4 roues tout-terrain qu’il avait conçu pour partager des sorties en pleine nature avec sa petite amie. L'engin est capable de rouler sur la neige, le sable et les routes difficiles d’accès avec une autonomie de 32 kilomètres et une vitesse maximale de 19 km/h. Il est commercialisé sur le site notawheelchair.com entre 3 300 et 4 300€ selon la configuration souhaitée. Le nom du site signifie « pas un fauteuil roulant », pour souligner que l’usage est clairement ludique.

Loopwheels, des roues dotées d’amortisseurs

Conçu en 2013 pour le vélo par le designer Britannique Sam Pearce, les Loopwheels se révèlent idéales pour les fauteuils roulants. Selon le site, « Les ressorts composites vous donnent une puissance supplémentaire pour monter ou descendre des bordures, elles absorbent les vibrations fatigantes, ainsi que les bosses et les chocs. Elles s'adaptent naturellement à un revêtement irrégulier. Avec des essieux à dégagement rapide standard et deux tailles (24 "et 25"), les Loopwheels conviennent à la plupart des fauteuils roulants manuels. » Six modèles (de 800 à 1 800£ la paire soit entre 890 et 2 004€ environ) sont disponibles sur la boutique en ligne : https://loopwheels.com/

Les chercheurs reconstruisent le pont entre les neurosciences et l'intelligence artificielle

23 avril 2020 - Source www.sciencedaily.com

Les chercheurs ont réussi à reconstruire le pont entre les neurosciences expérimentales et les algorithmes d'apprentissage avancés de l'intelligence artificielle. Menant de nouveaux types d'expériences sur les cultures neuronales, les chercheurs ont pu démontrer un nouveau mécanisme d'apprentissage accéléré inspiré du cerveau. Lorsque le mécanisme a été utilisé pour la tâche artificielle de reconnaissance de chiffres manuscrits, par exemple, ses taux de réussite ont largement dépassé les algorithmes d'apprentissage automatique couramment utilisés.

https://www.sciencedaily.com/releases/2020/04/200423082225.htm

Connecter un seul neurone pour traiter une paralysie

27 janvier 2020 - Futura Santé

Des macaques temporairement paralysés d'un bras ont appris très rapidement à bouger leur main en utilisant une connexion artificielle d'un seul neurone entre le cerveau et le poignet. En 2008, une équipe américaine de l'université de Washington a réussi cette prouesse qui fait naître un espoir de traitement des paralysies et offre une belle démonstration de la souplesse du cerveau.

Pour rendre sa mobilité à un membre paralysé à la suite de la section d'une liaison nerveuse (par exemple après un choc touchant la colonne vertébrale), on peut imaginer établir une nouvelle connexion entre la zone motrice du cerveau (reliée à la moelle épinière) et les muscles, un peu comme un électricien installerait un nouveau fil. On est encore très loin d'une telle prouesse car s'il est possible de stimuler un muscle avec un courant électrique, obtenir un mouvement précis d'un membre est une toute autre affaire, exigeant un signal extrêmement complexe. Cette voie a cependant commencé à être explorée. Il est notamment possible de recueillir le signal parcourant une liaison nerveuse ou même provenant de l'activité des neurones du cerveau. Des expériences ont déjà été réalisées pour contrôler par la pensée des prothèses ou des ordinateurs.

En savoir plus...

L’exosquelette, un espoir pour la motricité

20 janvier 2020 - Alatax

Qu'il s'agisse d'une cuticule naturelle chez certains animaux (insectes, crustacés, arachnides...) ou d'une armature articulée et motorisée pour assister l'homme, un exosquelette désigne toujours un squelette externe.

Cette technologie est utilisée dans les domaines médicaux, industriels et militaires pour permettre le port de charge lourde (comme Hercule du français RB3D ou la veste de chez Hyundai) mais aussi pour l'aide à la station debout et à la marche des personnes à mobilité réduite ainsi que des seniors. Le cinéma s'est même inspiré de cette révolution technologique pour les soldats évoluant dans Avatar et plusieurs armures dans la saga Iron Man.

Pour l'usage professionnel, l'INRS rappelle que cette assistance robotique s'accompagne de quelques précautions car elle soulève de nouvelles questions sur la santé et la sécurité au travail. Sur le site, vous trouverez notamment un guide à destination des entreprises pour réfléchir en amont à l'analyse du besoin et sélectionner des équipements adaptés, parfois encore au stade de prototype.

Le développement des exosquelettes mobilise des savoirs de pointe dans le domaine de la médecine, la mécanique, l’électronique et les mathématiques pour concevoir un produit mais sans oublier l’ergonomie, le confort, la sécurité et la valeur médicale de l’appareil, qui doit aider les patients sans créer de nouvelles pathologies.

Après les phases de recherche et développement, il reste la certification et les essais cliniques selon les normes en vigueur dans la zone géographique de commercialisation. Ainsi, le marquage CE ouvre le marché européen sous réserve de conformité aux normes européennes en matière de santé et de sécurité.

En 2016, le site Exoskeleton Report recensait 46 modèles d'exosquelettes à vocation médicale. Sans être exhaustif, parmi les appareils commercialisés actuellement auprès des établissements de santé et des particuliers sont :

  • Atalante créé par le français Wandercraft pour l'assistance à la marche. Depuis septembre 2019, le centre mutualiste de rééducation et de réadaptation de Kerpape près de Lorient, en possède un exemplaire,

  • le robot japonais HAL de Cyberdyne pour les personnes atteintes de certaines maladies neuromusculaires progressives (

  • l'ExoMotus élaboré par Fourier Industry à Shanghai,

  • les modèles américains eLEGS de Berkeley Bionics et Sarcos XOS de Raytheon,

  • l'entreprise israélienne Argo a réalisé un exosquelette de rééducation associé à des béquilles pour des centres de soins

Prochaine occasion de découvrir de nouvelles innovations, le Cybathlon les 2 et 3 mai 2020 à Zurich, compétition ouverte aux athlètes handicapés dotés d'une assistance bionique telle que les prothèses robotiques ou les exosquelettes motorisés.

Le Go To Ski permet aux personnes en situation de handicap de skier sans assistance

15 décembre 2019

Grâce au Go To Ski, 76% des personnes en situation de handicap peuvent profiter des joies du ski debout dans la station de La Plagne.

Marc Gostoli, ingénieur et fabricant de matériel a inventé le Go To Ski, une trottinette des neiges capable de reproduire mécaniquement les huit mouvements effectués par les pieds d'un skieur.

A vocations multiples, elle s’adresse aux skieurs qui souhaitent apprendre le ski hors des sentiers battus, aux très bons skieurs qui cherchent à peaufiner leurs postures et aux personnes en situation de handicap.

Reportage LCI

Reportage France 3

En savoir plus...

R30 Di Blasi - Un dispositif électrique pliant pour les personnes à mobilité réduite

Un fabricant italien propose un dispositif électrique destiné aux personnes à mobilité réduite, un retour vers l’autonomie.

Lorsque l’on a des difficultés à se déplacer sans pour autant être en fauteuil roulant, il n’existe que peu de solution pratiques pour parcourir de petites distances. Di Blasi, un fabricant de vélo et cyclomoteurs italiens propose un “scooter” électrique pliant, le R30, permettant de se déplacer simplement et en toute sécurité.

Le R30 DI BLASI est un appareil 100% électrique, que ce soit au niveau de sa motorisation ou au niveau du pliage puisqu’il suffit d’un simple bouton pour qu’il se replie. Une alternative au fauteuil roulant recommandé par les ergothérapeutes pour rendre possible le déplacement des personnes en situation de handicap.

En savoir plus...