Emploi et formation

La Semaine européenne pour l'emploi des personnes handicapées revient du 16 au 22 novembre 2020

Vidéo https://www.youtube.com/watch?v=EbiKExuWCJU

Le numérique : un levier pour accélérer l’inclusion des personnes handicapées dans l’emploi

Cette thématique permettra de faire le point sur l’accessibilité des outils de travail, les impacts et opportunités du télétravail pour l’activité professionnelle et le niveau d’emploi des personnes handicapées…

L’école inclusive

Comment peut-elle préparer les jeunes enfants, dès leur toute première scolarisation, à devenir acteurs d'un changement de regard et de posture vis à vis du monde de l'emploi ? Quelles transitions avec le monde de l’emploi faut-il améliorer pour limiter les ruptures de parcours ? Alternance, emploi accompagné, coopérations des acteurs sur les territoires… Quels sont les leviers pour améliorer les transitions entre le temps de formation et le marché du travail ?

Le handicap invisible : maladie chronique, maintien dans l’emploi, seconde partie de carrière

80 % des handicaps ne se voient pas. En parler ou pas ? Comment les employeurs peuvent-ils s’organiser pour prendre en compte la santé de leurs collaborateurs et fidéliser les compétences ? En savoir plus ...

Les masques inclusifs financés pour soutenir l'emploi des personnes handicapées

11 septembre 2020 publié sur www.service-public.fr

Pour favoriser le retour des personnes en situation de handicap au travail, le coût des masques inclusifs (avec une fenêtre transparente au niveau de la bouche) sera pris en charge par le Fonds pour l'Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction publique (FIPHFP) et l'Association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées (Agefiph) pour le secteur privé. En savoir plus ...

DuoDay : emploi & handicap, et si on commençait par un duo ?

L’édition 2020 est programmée le 19 novembre. Elle se fixe une ambition collective de progression du nombre de duos formés, mais également de prolongement de l’expérience en favorisant les opportunités de stage, de mise en situation professionnelle, d’apprentissage ou d’emploi.

La version 2020 de la plateforme www.duoday.fr, mettant en relation les personnes en situation de handicap, employeurs et structures référentes accompagnantes propose de nouvelles fonctionnalités. Ainsi les personnes en situation de handicap peuvent désormais postuler directement auprès des employeurs (jusqu’à 5 candidatures) et joindre leur CV. Une fois le candidat retenu, l’employeur peut rentrer en relation avec le candidat et accéder à ses informations.

Télécharger le guide : https://handicap.gouv.fr/IMG/pdf/4_pages_duoday.pdf

Emploi et handicap, ce qui change en 2020

La loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel a été promulguée le 5 septembre 2018. Elle réforme l’apprentissage et la formation professionnelle et comprend également des mesures sur l’élargissement de l’assurance chômage, l’égalité femmes-hommes, l’emploi des personnes handicapées et la lutte contre les fraudes au travail détaché.

Elle modifie l'obligation des entreprises en matière d'emploi de travailleurs handicapés. Si le taux d'emploi de travailleurs handicapés reste, pour l'heure, fixé à 6 %, pour les sociétés de vingt salariés ou plus, il devient révisable et seulement à la hausse tous les 5 ans, selon des modalités de calcul qui changent.

Chaque CFA aura un référent handicap et percevra une aide supplémentaire pour chaque apprenti en situation de handicap. Les enseignements et les postes de travail seront ainsi adaptés.

Cliquer pour consulter la page du ministère du Travail

Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH)

Tous les détails sur le site du ministère du travail

Se faire reconnaître travailleur handicapé permet d’avoir accès à un ensemble de mesures mises en place pour favoriser l’insertion professionnelle des personnes en situation d’handicap et leur maintien dans l’emploi : contrat de rééducation professionnelle, accueil en établissement ou service d’aide par le travail, aides pour l’emploi…

Travailler avec l'ataxie de Friedreich

28 février 2020

Comment rendre l'emploi plus accessible aux patients atteints d'ataxie? Quels obstacles existent? Une étude sur les travailleurs et les non-travailleurs atteints d'ataxie analyse les avantages de l'emploi, ainsi que la façon de réduire les risques de blessures.

Déterminer les capacités de travail des patients atteints d'ataxie

Aider les patients atteints d'ataxie à trouver du travail pourrait avoir un avantage significatif sur leur qualité de vie globale. Des chercheurs italiens ont conçu une étude pour avoir une meilleure idée des capacités des travailleurs atteints d'ataxie et des obstacles à l'emploi auxquels ils sont confrontés. L'équipe de recherche, dirigée par Alberto Ranavolo, a interviewé des travailleurs et des non-travailleurs atteints d'ataxie. Surtout, les patients interrogés pour cette étude avaient reçu un diagnostic de différents types d'ataxie, y compris des ataxies héréditaires dominantes, l'ataxie de Friedrich et d'autres ataxies de causes inconnues. Dans ce groupe, 24 étaient actuellement des travailleurs et 58 étaient des non-travailleurs au moment de l'étude. Cela a permis aux chercheurs de déterminer comment des caractéristiques telles que l'âge, le sexe, l'éducation et la durée des symptômes pouvaient affecter la capacité de travailler.

Les chercheurs ont constaté que les travailleurs atteints d'ataxie étaient généralement des personnes d'âge moyen (41-50 ans) et qu'ils étaient probablement sur le marché du travail depuis un certain temps avant le diagnostic. Pour les patients qui ont présenté des symptômes pour la première fois à un âge plus précoce, y compris les patients atteints d'ataxie de Friedrich, entrer sur le marché du travail pour la première fois pourrait être une lutte potentielle. De plus, une proportion importante des non-travailleurs avaient plus de 50 ans, ce qui suggère que l'âge peut être un obstacle supplémentaire à la recherche d'un emploi. Dans l'ensemble, l'étude a révélé que les travailleurs étaient en mesure d'adapter modérément leur style de travail à mesure que leurs symptômes progressaient, avec le soutien de leurs employeurs et collègues.

Les chercheurs ont souhaité aborder une autre question importante: existe-t-il une différence fondamentale entre les salariés et les chômeurs atteints d'ataxie? Les patients atteints d'ataxie sont-ils de meilleurs travailleurs potentiels que les non-travailleurs, ou sont-ils au chômage pour d'autres raisons? Pour ces questions, les chercheurs ont posé aux patients atteints d'ataxie une série de questions qui portaient sur la façon dont ils perçoivent leurs propres capacités à effectuer un travail et à relever des défis. Cela les a aidés à générer un «score de résilience» qui refléterait leur capacité à surmonter les obstacles au travail. Les chercheurs ont constaté qu'il n'y a pas de différences significatives entre les travailleurs et les non-travailleurs en termes de caractéristiques de la maladie, de sexe et de résilience au travail. Cela suggère que les non-travailleurs atteints d'ataxie sont tout aussi capables que ceux qui travaillent actuellement, et la plupart des individus dans ces deux groupes possèdent une capacité de travail résiduelle bonne à excellente.

D'autant plus que 78% des non-travailleurs atteints d'ataxie recherchent du travail, mais ne présentent aucune différence dans la capacité de travail, aider les patients atteints d'ataxie à trouver du travail devrait être une priorité en raison des avantages potentiels que cela peut apporter à leur bien-être physique, mental et social. Étant.

Une meilleure sensibilisation peut conduire à de meilleures opportunités

En plus des raisons évidentes de gagner un revenu, il y a des avantages sociaux et psychologiques à être employé. Un emploi peut aider les travailleurs à se sentir membres actifs de leur communauté et appréciés pour leurs contributions. C'est une des raisons pour lesquelles le chômage peut être difficile. Il existe une grande pression sociale qui accompagne le chômage, en particulier pour les personnes qui souhaitent travailler.

Surtout, les auteurs notent que les blessures au travail sont une préoccupation pour les travailleurs atteints d'ataxie. Cette étude a révélé que 75% des travailleurs ont signalé des blessures mineures, notamment des chutes et des brûlures, probablement en raison d'une mauvaise coordination motrice. Il s'agit d'une préoccupation majeure non seulement pour les travailleurs atteints d'ataxie, mais aussi pour leurs employeurs et les membres de leur famille. Bien qu'il puisse y avoir un risque de blessure au travail, les auteurs notent que les patients atteints d'ataxie peuvent être en mesure d'adapter leurs niveaux d'activité et leurs styles de travail pour aider à gérer les symptômes, ce qui leur permet de rester des travailleurs capables même lorsque les symptômes progressent. Les employeurs peuvent fournir un soutien supplémentaire avec des outils ergonomiques pour aider les travailleurs atteints d'ataxie à minimiser les blessures. Les possibilités d'emploi devraient être mises à la disposition des patients qui souhaitent travailler en raison de l'aspect de réadaptation qu'il peut offrir et de la possibilité d'élargir leur réseau de soutien social.

Il est important d'être un défenseur des travailleurs atteints d'ataxie. Un changement positif peut venir de la sensibilisation aux capacités que les patients atteints d'ataxie peuvent avoir sur le marché du travail et aux avantages que l'emploi peut apporter. Pour ceux qui choisissent de travailler, trouver un emploi ne devrait pas être un obstacle trop élevé à franchir.

En savoir plus ...