Minoryx Therapeutics

Les essais sur les maladies rares nécessitent des interactions avec les patients et les régulateurs

Minoryx Therapeutics est une petite entreprise biotechnologique de 25 employés fondée en 2011dont le programme phare est la lériglitazone, actuellement en développement pour de multiples troubles du système nerveux central (SNC). La lériglitazone est un agoniste gamma PPAR sélectif à petites molécules.

Collecte de données étendue

Quiconque travaille dans le domaine des maladies rares sait que l'absence d'histoire naturelle d'une maladie est l'un des plus grands défis auxquels une entreprise pourrait être confrontée. Selon Marc Martinell son PDG, l'absence d'histoire naturelle signifie que les entreprises ne disposent pas des informations nécessaires pour déterminer comment les essais cliniques doivent être conçus.

Cela signifiait que Minoryx devait sortir et localiser les données qui aideraient à la conception de l'étude. Martinell note qu'il existe généralement des données sur une maladie qui réside quelque part, même si ces données ne sont pas publiques. Il a estimé que c'était vrai pour les trois études menées par Minoryx, et le travail numéro un est devenu la localisation de ces données. En visitant les hôpitaux et les sites qui travaillaient avec les patients, il a pu accéder aux données nécessaires.

«La première chose que vous devez faire est d'identifier les professionnels de la santé qui sont des experts de la maladie rare», déclare Martinell. «Une fois que vous avez trouvé ces personnes qui travaillent avec des patients, vous pouvez trouver des données sur les symptômes et la progression de la maladie. Nous avons pu accéder et analyser les données qu'ils avaient collectées. Sur la base de cette analyse, nous avons pu tirer des conclusions sur ce que devraient être les bons critères d'évaluation, puis concevoir l'étude. Nous avons partagé les données et nos conclusions avec les régulateurs et avons reçu l'approbation d'aller de l'avant à la fois de la FDA et de l'EMA. »

Interagir avec les régulateurs et les patients

Pour illustrer le fonctionnement du processus, Martinell cite l’étude AMN de son entreprise. Minoryx a pu rapidement passer de la preuve de concept à un enregistrement permettant une étude de phase 2/3. L'étude de phase 2/3 était la plus importante jamais menée sur cette indication et nécessiterait trois ans. Il savait que ce serait un engagement long et coûteux de la part de son entreprise. [...]

L’étude sur l'AF de la société, qui a nécessité une interaction différente avec les régulateurs, est un autre exemple. Dans ce cas, la maladie était mieux connue des médecins et Minoryx a pu localiser davantage de données sur la progression de la maladie. La société a conçu un essai de phase 2 et, une fois cette étude terminée, discutera des résultats avec les régulateurs pour déterminer les étapes futures.

Martinell note que dans les essais sur les maladies orphelines, le point de vue du patient est essentiel. Minoryx s'est entretenu avec des patients, des soignants et des groupes de défense des patients pour mieux comprendre le parcours des patients et ce qui comptait le plus pour eux. Il note que ces informations sur la qualité de vie doivent être prises en considération avec les paramètres objectifs jugés pertinents pour les régulateurs. [...]

Connaître les bonnes personnes

Minoryx espérait recruter 116 patients pour l'étude AMN, que Martinell jugeait ambitieuse. Pour ce faire, il a effectué de nombreuses recherches et identifié des médecins et des sites qui avaient de l'expérience avec la maladie et seraient en mesure de recruter des patients pour l'étude. La société a identifié sept sites dans sept pays d'Europe et trois autres aux États-Unis.

Martinell s'attendait à ce que le recrutement prenne un an mais a pu se terminer à l'avance. Il pense que les recherches effectuées et les interactions avec les patients ont contribué au succès du recrutement, mais les besoins médicaux et l'expertise ont également été des facteurs. Il n'y avait pas d'autres alternatives de traitement disponibles et il pense que Minoryx est actuellement reconnue comme l'entreprise la plus avancée opérant dans l'espace AMN.

«Notre étude Ataxia a également terminé le recrutement plus tôt que prévu», déclare Martinell. «Ce n'est pas un hasard si nous avons pu terminer le recrutement plus tôt que prévu sur deux études différentes. L'un de nos objectifs est de toujours travailler avec les bonnes personnes. Si vous établissez une relation étroite avec les bonnes personnes, vous serez bien placé pour recruter les patients dont vous avez besoin et respecter vos délais. Nos partenariats avec des sites et des médecins clés nous aident à respecter ces délais. »

Externaliser mais superviser

Minoryx est une petite entreprise et travaille donc avec des partenaires CRO. Martinell note qu'une entreprise de cette taille a besoin de l'expérience et du soutien d'un fournisseur contractuel. Cependant, il n'est pas d'accord pour confier une étude à un CRO en espérant qu'ils reviennent avec les données dont vous avez besoin. [...]

Le processus de sélection est quelque chose que Martinell et son équipe prennent très au sérieux. Ils recherchent principalement une expérience dans le domaine des maladies rares, une expérience dans le domaine thérapeutique spécifique et une expérience dans la phase spécifique d'une étude. Il estime que le recrutement des patients est particulièrement difficile dans le domaine des maladies rares et recherchera des CRO capables de développer un bon partenariat de travail avec les sites. L'équipe de sélection examinera de près les CRO sur leur liste restreinte et choisira celle qui convient le mieux à chaque étude individuelle. La société mène actuellement trois essais cliniques de phase et travaille avec trois CRO différents. [...] En savoir plus ...

Minoryx Therapeutics obtient le statut « fast-track » de la FDA pour le leriglitazone dans le traitement de l’ALD

9 janvier 2020 - Mataró, Barcelone, Espagne et Charleroi, Belgique

Le leriglitazone (MIN-102), un nouvel agoniste sélectif du PPARγ qui pénètre dans le cerveau et biodisponible par voie orale, est actuellement en phase de développement avancé pour le traitement de maladies orphelines graves du système nerveux central, y compris l’ALD (adrénoleucodystrophie liée à l'X) et l'ataxie de Friedreich. Il a déjà reçu la désignation de médicament orphelin del’EMAet de la FDA pour ces deux indications.

L'étude pivot ADVANCE chez les patients adultes atteints d'adrénomyéloneuropathie (AMN) est en bonne voie, avec de premiers résultats attendus d'ici fin 2020.

Minoryx Therapeutics, une société spécialisée dans le développement de traitements innovants contre des maladies orphelines du système nerveux central (SNC), annonce aujourd'hui que son principal candidat-médicament, le leriglitazone (MIN-102), a obtenu la désignation « fast-track » de la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour le traitement de toutes les formes d'adrénoleucodystrophie liée à l'X (ALD), y compris l'adrénomyéloneuropathie (AMN) et l'ALD cérébrale pédiatrique (cALD).

L’essai clinique pivot ADVANCE sur le leriglitazone a finalisé son recrutement, et les principaux résultats sont attendus fin 2020. ADVANCE est une étude de deux ans en double aveugle contre placebo chez des patients adultes atteints d’ALD et souffrant d'adrénomyéloneuropathie (AMN). De plus, l’essai FRAMES de phase 2 du leriglitazone a également terminé son recrutement chez des patients souffrant d’ataxie de Friedreich.

Le programme « fast-track » de la FDA est conçu pour faciliter le développement et accélérer l’étude réglementaire des médicaments destinés à traiter des pathologies graves et à répondre à un besoin médical fort. Un médicament ayant obtenu la désignation « fast-track » peut bénéficier de plusieurs avantages, notamment des réunions et des communications plus fréquentes avec la FDA et, si les critères pertinents sont respectés, la possibilité d'une autorisation de mise sur le marché accélérée et d'un examen prioritaire.

« L'obtention de la désignation ‘fast-track’ souligne le potentiel unique du leriglitazone pour traiter l’ALD, une maladie neurodégénérative chronique orpheline et potentiellement mortelle pour laquelle il n'existe actuellement aucun traitement efficace », déclare Marc Martinell, Directeur Général de Minoryx. « Nous sommes très satisfaits des progrès réalisés dans le cadre de l'étude pivot ADVANCE chez les patients adultes atteints d'AMN. Nous avons finalisé le recrutement bien avant la date prévue et les patients ont commencé à participer à l’étude de prolongation ouverte. Nous sommes impatients de présenter les principaux résultats d'ici la fin de l'année. »

María Pascual, Directrice des Affaires Règlementaires chez Minoryx, ajoute : « Cette désignation "fast-track" arrive alors que nous prévoyons de communiquer les résultats clés de l'essai ADVANCE à la fin de l’année 2020 et de soumettre une demande pour un nouveau médicament (« New Drug Application ») aux États-Unis. Nous travaillons en étroite collaboration avec la FDA pour fournir aux patients atteints d'AMN le premier traitement potentiellement efficace et pouvant influer sur la maladie. »

A propos de l’essai ADVANCE

L'essai ADVANCE est une étude de deux ans, en double aveugle contre placebo, conçue pour déterminer l'efficacité et l'innocuité du leriglitazone avec une étude de prolongation ouverte pour les patients qui terminent la partie en double aveugle de l'essai. L'objectif principal de l'essai clinique est d'évaluer l'efficacité du leriglitazone sur la progression de l'adrénomyéloneuropathie (AMN) chez l’homme, déterminée par un test de la fonction motrice. Au total, l’étude multicentrique compte 116 patients randomisés en Europe et aux Etats-Unis. Les principaux résultats sont attendus pour la fin 2020.

En savoir plus...

A propos de l’essai FRAMES

L’essai FRAMES est une étude multicentrique et randomisée d’un an, en double-aveugle contre placebo, qui vise à évaluer l’efficacité et l’innocuité du leriglitazone chez les patients souffrant d’ataxie de Friedreich, âgés de 12 à 60 ans. L’objectif principal de l’essai consiste à évaluer l’effet du candidat médicament sur la progression de la maladie. Cet effet sera mesuré par imagerie de pointe de la moëlle épinière. Au total, 39 patients ont été randomisés dans cette étude dans des centres en Europe. Les résultats principaux sont attendus pour la fin 2020.

En savoir plus...

A propos du leriglitazone

Le leriglitazone (MIN-102) est un nouvel agoniste sélectif du PPARγ, biodisponible par voie orale et qui pénètre dans le cerveau. Il est capable d'engager le récepteur cible aux niveaux requis pour être efficace dans le système nerveux central (SNC). Il a démontré son efficacité dans des modèles animaux pour plusieurs pathologies qui déclenchent une réaction en chaîne conduisant à un dysfonctionnement mitochondrial, un stress oxydatif, une neuroinflammation, une démyélinisation et une dégénérescence axonale. Le leriglitazone pourrait traiter plusieurs maladies du SNC, y compris des maladies orphelines comme l'ALD (adrénoleucodystrophie liée à l'X) et l'ataxie de Friedreich. Une étude de phase 1 a confirmé que le leriglitazone était bien toléré et qu'il était capable de franchir la barrière hémato-encéphalique et d'engager le PPARγ dans les maladies du SNC. Il est actuellement testé dans un essai clinique pivot de phase 2/3 d’une durée de deux ans et en double-aveugle contre placebo, pour le traitement d’adultes souffrants d'adrénomyéloneuropathie (AMN). Il est également testé dans un essai de phase 2 d’une durée de un an en double-aveugle contre placebo chez des patients souffrants d’AF. Les résultats de ces deux essais sont attendus pour la fin de l’année 2020. Le leriglitazone a reçu la désignation de médicament orphelin pour le traitement de l’ALD et de l’AF en Europe et aux États-Unis.

A propos de l’ALD

L'ALD est la maladie peroxysomale la plus répandue. Elle est causée par des mutations dans le gène ABCD1. Son incidence est estimée à 1:17 000 nouveau-nés dans le monde. Bien qu'elle touche principalement les hommes, les femmes hétérozygotes peuvent également développer la maladie plus tard dans leur vie. L'ALD est caractérisée par l'accumulation d'acides gras à très longues chaînes (AGTLC), ce qui entraîne une maladie neurodégénérative où les tissus les plus touchés sont la moelle épinière, le cerveau et le cortex surrénal. Les effets liés au système nerveux central conduisent à deux principaux phénotypes : l'adrénomyéloneuropathie (AMN), caractérisée par un dysfonctionnement moteur progressif et l'ALD cérébrale (cALD), caractérisée par une neuroinflammation sévère conduisant à un décès précoce. Aucun traitement pharmacologique n'est actuellement disponible sur le marché. La seule alternative disponible pour les patients atteints d'ALD cérébrale est la greffe de cellules souches hématopoïétiques (HSCT). Cette approche n'empêche pas le développement du phénotype AMN, pour lequel aucun traitement n’est disponible.

En savoir plus...

Minoryx Therapeutics reçoit la désignation de médicament orphelin par la FDA pour le leriglitazone dans l’ataxie de Friedreich

17 octobre 2019

Le leriglitazone (MIN-102) est un nouvel agoniste sélectif du PPAR gamma, biodisponible par voie orale et qui pénètre dans le cerveau. Il s’agit de la deuxième désignation de médicament orphelin délivrée par la FDA pour le leriglitazone, en plus de l'ALD (adrénoleucodystrophie liée à l'X). La société disposera potentiellement d’une exclusivité commerciale de sept ans aux Etats-Unis lors de l’autorisation de mise sur le marché dans cette indication, sous la désignation de médicament orphelin

Mataró, Barcelone, EspagneetCharleroi, Belgique, le 17 octobre2019–Minoryx Therapeutics, une société spécialisée dans le développement de traitements innovants contre des maladies orphelines du système nerveux central (SNC), annonce aujourd’hui que son principal candidat médicament, le leriglitazone (MIN-102) a reçu la désignation de médicament orphelin dans l’ataxie de Friedreichde la part de la FDA (Food and Drug Administration) américaine.

Le leriglitazone (MIN-102) est un nouvel agoniste sélectif du PPAR gamma, biodisponible par voie orale et qui pénètre dans le cerveau. Il est capable d'engager le récepteur cible dans le système nerveux central (SNC). Le potentiel thérapeutiqueet le mode d’action unique de leriglitazone ont été démontrés dans de nombreux modèles précliniques de maladies du SNC. Ces recherches ont montré un effet anti-oxidant, anti-inflammatoire et neuroprotecteur. Le leriglitazone améliore la fonction et la biogenèse mitochondriales, encourage la remyélinisation, facilite le métabolisme des lipides et retarde la progression de l’atteinte neurologique. Le leriglitazone est en cours de développement clinique avancé dans l'adrénomyéloneuropathie (AMN) et dans l’ataxie de Friedreich.

« La désignation de médicament orphelin par la FDA pour l’ataxie de Friedreich est une nouvelle étape majeure pour Minoryx Therapeutics. C’est aussi une reconnaissance forte du potentiel thérapeutique de leriglitazone et de notre engagement à changer la vie des patients qui sont atteints de maladies orphelines graves avec des besoins médicaux non satisfaits », souligne Marc Martinell, DG de Minoryx. « Nous avons récemment terminé le recrutement dans notre essai de phase 2 de leriglitazone dans l’ataxie de Friedreich alors que l’essai pivot chez les patients atteints d'adrénomyéloneuropathie progresse comme prévu. Nous sommes impatients de présenter les premiers résultats de ces deux études fin 2020 ».

A propos de leriglitazone

Le leriglitazone (MIN-102) est un nouvel agoniste sélectif du PPAR gamma, biodisponible par voie orale et qui pénètre dans le cerveau. Il est capable d'engager le récepteur cible aux niveaux requis pour être efficace dans le système nerveux central (SNC). Il a démontré son efficacité dans des modèles animaux pour plusieurs pathologies qui déclenchent une réaction en chaîne conduisant à un dysfonctionnement mitochondrial, un stress oxydatif, une neuroinflammation, une démyélinisation et une dégénérescence axonale. Le leriglitazone pourrait traiter plusieurs maladies du SNC, y compris des maladies orphelines comme l'ALD (adrénoleucodystrophie liée à l'X) et l'ataxie de Friedreich. Une étude de phase 1 a confirmé que le leriglitazone était bien toléré et qu'il était capable de franchir la barrière hémato-encéphalique et d'engager le PPAR gamma dans les maladies du SNC. Il est actuellement testé dans un essai clinique pivot de phase 2/3 d’une durée de deux ans et en double-aveugle contre placebo, pour le traitement d’adultes souffrant d'adrénomyéloneuropathie (AMN). Il est également testé dans un essai de phase 2 d’une durée de un an en double-aveugle contre placebo chez des patients souffrant d’ataxie de Friedreich. Les résultats de ces deux essais sont attendus pour la fin de l’année 2020. Le leriglitazone a reçu la désignation de médicament orphelin pour le traitement de l’ALD en Europe et aux États-Unis.

A propos de la désignation de médicament orphelin

Le programme de désignation de médicament orphelin de la FDA attribue le statut orphelin aux médicaments et aux produits biologiques définis comme visant à traiter, prévenir ou diagnostiquer une maladie rare, qui affecte moins de 200 000 personnes aux Etats-Unis ou qui répond aux provisions de récupération de coût de l’acte. La désignation de médicament orphelin permet au promoteur du médicament d’avoir accès à plusieurs programmes d’incitation au développement listées dans le « Orphan Drug Act », y compris des crédits d’impôts pour essais cliniques qualifiés. De plus, le programme prévoit une exclusivité commerciale de sept ans après l’autorisation de mise sur le marché du médicament dans l’indication de la désignation orpheline. Plus d’informations sur www.fda.gov

En savoir plus...

8 octobre 2019

Le recrutement de 39 patients dans l'essai multicentrique européen de phase 2 achevé plus tôt que prévu

Mataró, Barcelone, Espagne et Charleroi, Belgique, 8 octobre 2019 - Minoryx Therapeutics, société spécialisée dans le développement de traitements innovants pour les maladies du système nerveux central orphelin (CNS), annonce aujourd'hui la fin du recrutement pour le projet clinique de phase 2 de FRAMES essai de son nouvel agoniste du PPARγ, la lériglitazone (MIN-102), chez des patients atteints d’ataxie de Friedreich.

FRAMES est un essai multicentrique randomisé à double insu contrôlé par placebo qui évaluera l’efficacité et la sécurité de la lériglitazone chez des patients atteints d’ataxie de Friedreich. Le recrutement de 39 patients dans quatre pays européens s'est achevé en quatre mois et demi seulement, bien avant la date prévue. Les patients, âgés de 12 à 60 ans, recevront de la lériglitazone, administrée une fois par jour sous forme de suspension buvable, pendant un an au total. L'objectif principal de l'essai est de surveiller l'effet sur la progression de la maladie. Cela sera mesuré par une imagerie de pointe de la moelle épinière. Les objectifs secondaires incluent la sécurité et la tolérabilité, l’effet sur des mesures cliniques supplémentaires, telles que les résultats rapportés par le patient, les scores d’incapacité fonctionnelle et les biomarqueurs exploratoires.

« Nous sommes très heureux du soutien important de la communauté médicale et des patients qui ont permis de recruter pleinement FRAMES avant la date prévue, ce qui démontre la nécessité de nouvelles options de traitement modifiant le traitement de la maladie pour les patients souffrant de cette maladie constituant un danger de mort », a déclaré Marc Martinell, PDG de Minoryx. "Nous sommes impatients de terminer le traitement de tous les patients dans cette étude et de rendre compte des données, qui devraient être disponibles d'ici la fin de 2020".

« Nous sommes ravis d'avoir pu recruter tous les patients participant à cette étude en si peu de temps », a déclaré la professeure Alexandra Durr, institut du cerveau et de la colonne vertébrale de l'hôpital universitaire La Pitié-Salpêtrière (ICM), Paris, investigateur principal et coordinateur de FRAMES. « L’ataxie de Friedreich est une maladie neurodégénérative orpheline dévastatrice qui apparaît généralement chez les patients âgés de 5 à 18 ans. Il existe un grand besoin non satisfait de thérapies innovantes et efficaces modifiant la maladie, car les patients dépendent actuellement de thérapies symptomatiques et d'interventions non pharmacologiques pour gérer leur maladie ».

Plusieurs études ont montré que la voie PPARγ / PGC1a est régulée négativement dans l’ataxie de Friedreich (FRDA). Le potentiel de modification de la lériglitazone en matière de maladie a été démontré dans des modèles précliniques de FRDA, montrant qu'il régulait efficacement la PGC1a, augmentait la survie des neurones, améliorait la fonction mitochondriale et la biogenèse et restituait la production d'énergie.

La lériglitazone s'est également révélée efficace dans des modèles in vivo d'autres maladies du système nerveux central et participe actuellement à un essai clinique pivot de phase 2/3 pour le traitement de l'adrénomyélonopathie (AMN), le phénotype le plus courant de l'adrénoleucodystrophie liée à l'X (X-ALD). Cette étude a permis d'inscrire 116 patients, qui bénéficient tous d'un traitement depuis plus d'un an sans aucun événement grave sur le plan de la sécurité. Les résultats de cet essai devraient être disponibles d'ici la fin de 2020 et la société devrait demander une autorisation de mise sur le marché en Europe et aux États-Unis en 2021.

À propos de la leriglitazone

La lériglitazone (MIN-102) est un nouvel agoniste sélectif de PPARγ, pénétrant dans le cerveau, biodisponible par voie orale et qui engage le récepteur cible dans le système nerveux central. Il a démontré l'efficacité dans des modèles animaux de maladies multiples, de voies de modulation menant à un dysfonctionnement mitochondrial, à un stress oxydatif, à une neuroinflammation, à une démyélinisation et à une dégénérescence axonale. La lériglitazone a le potentiel de traiter plusieurs affections du système nerveux central, notamment des maladies orphelines, telles que X-ALD et l’ataxie de Friedreich. Une étude clinique de phase 1 a confirmé que la lériglitazone est bien tolérée et qu'elle est capable de franchir la barrière hémato-encéphalique et d’engager le PPARγ dans le système nerveux central. La lériglitazone est actuellement évaluée dans le cadre d’une étude pivot de phase 2/3 de deux ans à double insu, contrôlée par placebo, chez des patients adultes atteints de X-ALD et présentant une adrénomyélononopathie (AMN), et dans un délai d'un an.

En savoir plus...